Conseils pour bien préparer votre session d’enregistrement

Pour que votre session d’enregistrement soit réussie, il est primordial de bien se préparer. Même si il important de garder une place pour la spontanéité et la créativité pendant la session, il est également essentiel de bien réfléchir/préparer en amont à tout ce qui va façonner votre morceau !

Conseils généraux

  1. Notez en amont les paroles et la structure du morceau, essayer de l’écrire en temps et en mesures (ça peut être une grille d’accords, une partition, pour les vocalistes le texte avec le bon enchaînement des différentes parties…). Une copie à l’ingé-son est toujours la bienvenue pour l’aider à se repérer plus rapidement dans votre morceau, surtout s’il y s’agit d’une composition.
  2. Répétez vos parties : si vous êtes capable de jouer seul le morceau sans vous tromper (et sans le repère des autres musiciens) alors vous êtes sur la bonne voie ! Pour les musiciens : définissez le tempo du morceau et travaillez au métronome, c’est très important !
  3. La suite des conseils concernera plus spécifiquement les vocalistes, les batteurs, les bassistes, les guitaristes et les clavieristes qui ont tous un rôle bien particulier.

 

Pour les vocalistes :

  1. Apprenez par coeur le texte ! Un texte « lu » devant le micro se ressent toujours. Cela vous permettra de vous consacrer à ce qui est réellement important : l’interprétation, l’émotion qui doit être transmise, l’énergie qui doit se dégager.
  2. Travaillez à haute voix ! Mettez en particulier l’accent sur l’intelligibilité des mots, la justesse des notes et la synchronisation rythmique ! Essayez aussi de réfléchir en amont au placement des respirations.
  3. Pensez aux arrangements vocaux. Trop souvent négligés, les backing vocals sont très importants pour mettre en relief, véhiculer plus d’émotions, donner une couleur particulière… Pour les chanteurs : travaillez différentes harmonies, des voix à l’octave, des addlibs etc. N’hésitez pas à vous créer des mémos vocaux pour vous en souvenir, voire d’enregistrer une petite maquette si vous en avez la possibilité.
  4. Une session de coaching vocal peut aussi vous aider à vous échauffer et vous préparer techniquement avant une session !

Pour les batteurs :

  1. Cela semble évident à dire mais vous êtes la base rythmique, le squelette du morceau ! Sur vous repose la responsabilité d’offrir une bonne assise rythmique et la juste énergie sur laquelle les autres musiciens vont pouvoir s’appuyer. Vous deviez être capable de jouer tout le morceau au métronome sans en dévier, et connaître par coeur la structure du morceau ! Attention à ne pas « subir » les différents enchaînements mais plutôt à les « annoncer » ! Travaillez aussi les break au clic : beaucoup de batteurs ont tendance à les accélérer !
  2. Préparation technique de votre instrument : si vous avez convenu d’enregistrer avec votre propre batterie, c’est génial ! Pensez juste à partir sur des peaux de frappe les plus neuves possibles. L’accordage des fûts est également primordial. Il est aussi bien sûr possible de mélanger votre kit batterie avec des éléments du studio ou de faire de la location (hardware, cymbales supplémentaire etc).
  3. La qualité de votre instrument est essentielle et doit être en adéquation avec le style recherché. Pensez à en parler à l’ingé-son !

Pour les guitaristes :

  1. En plus d’avoir bien travaillé vos différentes parties, pensez en amont à votre son ! Vous avez une part tellement importante quant à l’identité sonore de vos morceaux : des choix majeurs en terme de son vont s’opérer dès la prise de son ! Et il sera presque trop tard pour en changer au moment du mixage, pensez y ! Cela passe par le choix de votre guitare, de votre amplificateur, de différentes pédales… Pensez à définir les parties qui doivent sonner « clean », « crunch » ou « disto »… Après évidement ce travail sur le son se fait de paire avec l’ingé-son qui sera là pour vous aiguiller dans vos choix, et aura une part très importante aussi dans la restitution de votre son avec le choix des différents micros et préamplis ! En discuter en amont facilitera les choix opérés pendant la session.
  2. Préférez toujours des pédales d’effets séparées plutôt que les multi-effets. Pour tout ce qui est saturation / distorsion harmonique, préférez toujours celle de l’ampli (si il est adapté) plutôt qu’en pédale d’effet !
  3. Les effets de delay et reverb ne seront pas pris à la prise de son, ils seront dosés au moment du mixage (sauf dans le cas d’effets particuliers)
  4. Les solos : si certains les structurent à 100% en amont, certains préfèrent laisser cours à leur inspiration au studio. Réfléchissez à ce qui vous génèrera le moins de stress : si vous êtes plutôt à l’aise en studio et en impro, ou si il ne vaut pas mieux assurer un solo de qualité même si il a été « pensé » en amont.
  5. Pour l’enregistrement d’une guitare acoustique : ne pas lésiner sur la qualité de l’instrument, pensez à mettre des cordes neuves de qualité et assurez vous des bons réglages de l’instruments, notamment pour éviter les cordes qui frisent, les problèmes d’accordage…

Pour les bassistes :

  1. Vous êtes la « glue » entre le batteur et les guitares, à la fois la base harmonique du morceau et la cohésion rythmique, un rôle fondamental ! Travaillez au clic bien sûr, et pensez en amont à faire des sessions avec juste le batteur pour être en symbiose…
  2. Le choix de votre basse, de votre amplification, voire de pédales d’effets va être très important, pensez à votre son en avance et discutez en avec l’ingé-son.
  3. Pensez à prendre des cordes neuves, vous serez plus « lisible » dans le mix.

Pour les clavieristes :

  1. Même chose que les autres instruments pour le travail des parties en amont, au métronome.
  2. La qualité sonore de votre instrument (comme pour les autres instruments) est vraiment primordiale, et doit correspondre à votre style musical. Faites le choix des sons en amont (un son de piano droit n’aura pas la même identité sonore qu’un piano à queue etc) en fonction de la couleur vous voulez donner au morceau. Trop de sons malheureusement sonnent « cheap » et ne peuvent pas vraiment sonner « pro » au mix.
  3. Pensez aux arrangements que vous ne pourriez pas jouer en live, mais qui étofferont le morceau en studio ! Par exemple une partie d’orgue Hammond, un pad analogique, un arpégiateur… Même des éléments qui seront peut être mixés bas, mais donneront la finition et le côté « bien produit » du morceau ! A vous d’être créatif…
  4. Un conseil plus personnel, évitez vraiment la reproduction d’instruments acoustiques avec votre synthé (sons de flûte, harmonica, saxophone, violon etc) qui ne seront jamais à la hauteur de ce que pourrait faire un vrai musicien avec son instrument et son jeu spécifique… Parlez en au studio qui pourra organiser des sessions avec d’autres musiciens si besoin.
  5. Il est possible également d’organiser la location d’un piano acoustique, parlez en !

Laisser un commentaire